Grems et sa dernière dose d’hémoglobine.

grems-photo-4fabd9d097c4e
Après 13 ans de carrière, remplis de graf’ et de punchlines électroniques ultra-violentes, Grems va arrêter. Juste le temps de sortir un dernier album. Sanglant.

Il y a des mecs qui ne changent pas, malgré le temps qui passe. On aurait même tendance à oublier qu’ils sont là depuis un moment. C’est le cas de Grems. Treize ans de carrière, cinq album solo, des collaborations à n’en plus finir. Hallucinant quand on sait que le véritable métier de Grems n’est pas la musique. Ce graphiste réputé (quelques grosses campagnes de pub dont celle de la RATP pour la carte Imagine’R) partage sa vie entre le son mais aussi le graf’. Membre actif du TT Crew et du TER Crew (collectif de graffeurs activistes), Grems cumule les étiquettes. Pourtant c’est dans la musique qu’il prend son pied.

Entre rap classique et hip hop futuriste, Grems balance son flow agressif sur des prod’ piquantes à l’image de son caractère et de sa vie. Sur son dernier opus (Algèbre 2.0), il n’hésite pas à briser ce qu’il reste du hip hop en France (« J’fuck le rap français parce qu’il m’a classé fou« ) et à affirmer vouloir faire des la musique sans concepts. Avec Grems, les paroles sont incisives, et souvent drôles.
Pendant l’été 2011, Grems se tire à Londres quelques temps. Il y croise Disiz, lui aussi saoulé par le chemin que prend le rap français. Les deux s’enferment dans un studio pendant une nuit, avec le dj/producteur Son Of Kick. Il en ressortira un album non identifiable : Les Valcheuzes. Une sorte de pétage de plomb sous dillon, amère et hilarant.

Klub Sandwich permet à Grems de toucher un public plus large et celui qu’on appelle le gitan du rap sort alors Algèbres 2.0 (en réponse à son premier album Algèbre). Fini le cul, les zouz, et la souille. Le son est plus posé, les paroles sonnent comme le début d’un bilan.
C’est donc avec peu de surprise que Grems a annoncé la fin de sa carrière musicale hier soir sur son compte Facebook. Le temps tout de même de sortir un dernier album. Son nom : VAMPIRE. En attendant de se faire sucer le sang une dernière fois, on voulait surtout rendre hommage à ce Monsieur du rap français. On vous laisse avec deux titres à lui. Rencontre avec un Ballon, ou l’histoire d’un plan cul qui sent la chatte. Et Chat Con, des sortes d’adieux avant l’heure. On souhaite à Grems de fumer plein de pilons, de baiser plein de meufs et de semer toujours les keufs. On garde le dillon pour l’écouter.

GREMS – RENCONTRE AVEC UN BALLON

GREMS – CHAT CON

grems
DATES DE TOURNEE :

22/02/2013
  Sannois // EMB // Réserver
07/03/2013
  London (UK) // Notting Hill Arts Club + Son Of Kick
08/03/2013
  Amiens // la Lune des Pirates // Réserver
09/03/2013
  Reims // la Cartonnerie // Réserver
10/03/2013
  La Rochelle // la Sirène
29/03/2013
  Morlaix // Festival Panoramas / Parc Expo
30/03/2013
  Ris-Orangis // le Plan // Réserver
31/03/2013
  Lyon / Villeurbanne // Festival Reperkusound // Réserver
12/04/2013
  Bordeaux / Cenon // le Rocher de Palmer // Réserver
27/04/2013
  Bourges // le 22 d’Auron // Printemps de Bourges // Réserver
03/05/2013
  Yverdon (SUI) // L’Amalgame
30/05/2013
  Angers // Le Chabada // Mouv Party
Publicités
Comments
2 Responses to “Grems et sa dernière dose d’hémoglobine.”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. MATRACKS dit :

    […] Grems et sa dernière dose d’hémoglobine. […]

  2. […] Grems et sa dernière dose d’hémoglobine. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :